Au Panama, le soleil se lève dans l’océan Pacifique et se couche dans la mer des Caraïbes. C’est avec une fierté non dissimulée que chaque Panaméen vous annonce qu’il est inimaginable de connaître leur pays sans passer par le canal. Ce spectacle improbable, mais grandiose voit chaque jour des dizaines de porte-conteneurs traverser la jungle pour s’élever 25 mètres au-dessus du niveau de la mer via un système de trois écluses. Ce chemin long de 80 km est emprunté par les croisiéristes au départ de l’Équateur, du Mexique, des États-Unis ou des Caraïbes. Ils y découvrent au cours de leur périple des escales dans des contrées exceptionnelles : la nature préservée et sauvage de l’île de Roatán au Honduras, en Colombie la belle Cartagena de Indias témoin de la période coloniale espagnole, les plus belles plages du Costa-Rica proches de Puerto Limón et la réserve biologique de Monteverde à Puntarenas.

 

Panama et Ferdinand de Lesseps

Le vicomte de Lesseps avait déjà à son actif la percée du canal de Suez en Égypte en 1859. Le raccourci panaméen lui sera fatal, car l’entreprise du « grand français » est éclaboussée par un scandale de corruptions. Inauguré en 1914, cet ouvrage qui relaie le Pacifique — à partir de Panama City — et l’Atlantique — la ville de Colon est l’autre porte d’entrée — restera propriété américaine jusqu’en 1999 avant d’être nationalisé. Circuler dans la zone du canal est l’opportunité pour contempler l’immense lac artificiel de Gatùn où il est possible de pratiquer des activités comme le kayak, la pêche, mais aussi d’explorer la nature environnante dotée d’une abondante flore et faune : crocodiles, singes, paresseux, toucans, tout en observant le va-et-vient des cargos appelés « Panamax ». Le parc national Soberania distant de 25 km abrite plus de 500 espèces d’oiseaux — certaines sont protégées comme l’aigle Harpie — au sein d’une épaisse végétation tropicale humide. Sur les rives du Rio Chagres vivent les Indiens de la communauté Embera célèbres mondialement pour leur artisanat.

La page https://www.croisierenet.com/comp_24/croisiere/croisieres/ponant/index.html qui présente une cartographie complète des croisières est l’outil qui vous aidera dans le choix de votre prochaine destination.

 

À la découverte de l’île de Roatán au Honduras

Juste en face du littoral nord-ouest du Honduras, Roatán fait partie de l’archipel d’Islas de la Bahia avec Guanaja et Utila. Autrefois, repaire de flibustiers, l’île découverte par Christophe Colomb est réputée pour ses spots de plongée à proximité de l’immense barrière de corail de la Mesoamerican Barrier Reef. Les plages de sable blanc bordées par une abondante végétation tropicale sont les parties visibles de ce petit paradis pour plongeurs, dont les fonds marins aux eaux transparentes regorgent de récifs très colorés, de plateaux et canyons aux murs profonds où évoluent au milieu des coraux et d’éponges barriques, tortues, bancs de thons, raies-aigles, barracudas, murènes, poissons-trompettes et tarpons. Le site de plongée le plus impressionnant est celui de la grotte de Dolphin Den qui renferme des squelettes de dauphins.

Cartagena de Indias vestige de l’époque coloniale

Carthagène en Colombie est une ville chargée d’histoire. Ancien bastion espagnol prospère grâce au commerce de l’or et des esclaves venus d’Afrique, le comptoir a résisté à l’invasion de l’empire britannique au XVIIe siècle. Historiens et puristes de l’art considèrent Cartagena de Indias comme étant la plus belle ville du continent sud-américain. En atteste la parfaite conservation des ruelles pavées aux couleurs vives de son centre historique. La ville et ses fortifications sont classées au patrimoine de l’humanité de l’UNESCO. Les incontournables témoignages de la présence espagnole à découvrir sont le Castillo San Felipe de Barajas, au cœur de la défense de la cité en 1741, les remparts de la forteresse qui offrent de superbes points de vue sur la ville, le musée historique situé sur la Plaza Bolivar, le quartier de Getsemani et la très festive Plaza de la Trinidad.

 

Les paradis afro-caribéens du Costa-Rica

Surnommée « El Puerto », Puntarenas est une longue bande de terre située dans le golfe de Nicoya sur la façade pacifique du Costa Rica. Au XIXe siècle, ce port prospère était utilisé comme point de départ par les colons pour transporter le café et autres denrées commerciales vers l’Europe. Au nord de la ville, la réserve de Monteverde est propice à des activités comme la randonnée, le rafting, les descentes en tyrolienne, le tubbing (descente de rivière en bouée) au cœur d’une forêt primaire tropicale à 1 500 m d’altitude. À l’opposé, sur la côte caribéenne, la région de Puerto Limón héberge le parc national de Cahuita et des plages de rêve : Playa Negra (plage de sable noir), le spot prisé des surfeurs pour ses vagues, Playa Blanca dont l’étendue de sable blond forme un arc de cercle sur 5 km et Playa Vargas idéale pour le farniente et le snorkeling.